Le patriotisme républicain, un antidote au nationalisme ? (version française)

    J’aimerais dans cet article vous présenter un livre d’histoire de la pensée politique écrit par Maurizio Viroli. Maurizio Viroli est un philosophe italien contemporain, professeur ordinaire de théorie politique à l’université de Princeton et directeur de l’Institut des Études Méditerranéennes à l’Université de la Suisse italienne de Lugano. C’est un spécialiste de Machiavel et du républicanisme et il est très engagé dans la lutte contre la politique de Berlusconi.

Le livre est intitulé Per amore della patria (Pour l’amour de la patrie) et sous-titré Patriottismo e nazionalismo nella storia (Patriotisme et nationalisme dans l’histoire). Il a été publié en 1995 et il est dédicacé au grand philosophe italien Norberto Bobbio car Bobbio est la personne qui a enseigné à Viroli le devoir de lier l’engagement civil à la rigueur intellectuelle.

Le sujet du livre de Viroli est la redécouverte de la pensée politique à travers les paroles patrie et nation. Viroli souhaite examiner l’identité souvent opérée dans le langage courant mais aussi dans la littérature académique entre le patriotisme et le nationalisme. Le problème posé est celui de savoir si le nationalisme est une forme de développement du patriotisme ou s’il rompt avec ce dernier. La méthode de Viroli n’est pas une méthode analytique mais une méthode historique. Il ne prétend pas à la construction intellectuelle de nouveaux concepts mais il étudie ce qu’ont dit et écrit historiens, philosophes, poètes et prophètes lorsqu’ils parlent d’amour de la patrie ou de loyauté envers la nation. En outre, l’enjeu du livre est de savoir si le patriotisme peut être un antidote contre le nationalisme, et le cas échéant comment le faire renaître.

I – L’héritage du patriotisme républicain

Dans le premier chapitre, Viroli étudie l’héritage du patriotimse républicain. Quelle est la signification originelle du mot «patrie» ? Au début, le mot patrie est un mot religieux :  la patrie était la terres des pères. Mais le mot patrie est également employée par les penseurs politiques de la Rome républicaine comme Cicéron, Salluste, Tite-Live et Quintilien. Pour eux, le mot patrie signifie la respublica, le bien commun et la liberté. Cependant, la patriotisme républicain reprend les termes du patriotisme religieux comme la pietas et la caritas mais dans un usage différent : ces deux termes expriment l’idée d’un devoir généreux du bon citoyen au service de la chose publique. Il faut noter que la patrie ou la respublica n’est pas une entité abstraite : la charité implique que l’amour pour la patrie reste un amour de personnes particulières, c’est-à-dire des citoyens qui forment la communauté politique.

Les moments historiques qui connaissent un important développement du patriotisme sont ceux des républiques italiennes médiévales et de l’humanisme civique. Les écrivains politiques de ces deux époques soulignent la rationalité de l’amour de la patrie : c’est la patrie qui permet aux citoyens de vivre libre et les citoyens doivent en échange servir la patrie. En fait, la vie des individus n’est pas indépendante de la vie de la patrie. Remigio de’ Girolami explique dans son De bono comuni que la corruption de la patrie entraîne un appauvrissement de la vie des individus. Matteo Palmieri, l’auteur de la Vita civile, soutient que la patrie est le bien le plus précieux car elle est un bien éternel. Leon Battista Alberti, dans ses Libri della famiglia, dit que servir la république n’est pas une forme de servitude mais le devoir le plus noble de toutes les activités parce qu’il permet de vivre libre.

Mais il y a une ambiguïté au cœur du patriotisme de l’humanisme civique : il n’exprime pas seulement l’amour pour la république et la liberté commune, il célèbre aussi la supériorité militaire et culturelle de Florence. Par exemple, le langage du patriotisme de Leonardo Bruni est d’une part un langage de la liberté contre la tyrannie et la domination étrangère et d’autre part un langage de fierté d’appartenir à une cité supérieure aux autres cités toscanes. À la différence de Leonardo Bruni, Nicolas Machiavel, s’il est également au service de la république, critique cependant l’injustice de la politique de Florence. Selon lui, les citoyens ne doivent pas servir la patrie en toutes circonstances. Par exemple, si la patrie est une tyrannie, ils ne doivent pas la servir. L’amour de la patrie comprend l’amour des institutions politiques de la république mais surtout l’amour de la manière de vie républicaine.

II – Éclipses et retours

Après le moment de l’humanisme civique, plus précisément, à partir de la moitié du Cinquecento, le langage du patriotisme républicain connaît une histoire d’éclipses et de retours, c’est le sujet du second chapitre du livre de Viroli. Pourquoi le patriotisme républicain traverse-t-il un moment de déclin ? Le patriotisme est moins présent à cette époque car l’Europe est composée de monarchies absolues et de principats, et ces régimes politiques ne sont pas propices pour parler de liberté commun et de vertu civile. C’est la naissance de la raison d’État : il ne s’agit plus de servir la république, mais de servir l’État ou plus exactement le souverain. François Guichardin, dans son Dialogo del reggimento di Firenze, disjoint la patrie de la liberté républicaine. Aussi, il dit que les florentins modernes ne se préoccupent que de leurs intérêts et ne vivent plus d’après la vertu civile. On peut également observer une critique du patriotisme de la part des néo-stoïciens comme Giusto Lipsio qui écrit dans le De constantia que l’amour de la patrie perturbe la tranquillité de l’âme. En outre, Lipsio opère une distinction entre le patriotisme républicain et le patriotisme naturel : le patriotisme naturel se résume à l’attachement au sol natif. Pour le patriotisme naturel, la patrie n’est qu’un lieu naturel sans institutions. Enfin, pour Lipsio, la piété n’a pas avoir avec la république, elle n’a avoir qu’avec Dieu et les parents.

À partir du XVIIè siècle, en Angleterre, avec le fameux livre de Robert Filmer, intitulé Patriarcha, le patriotisme ne traduit plus l’amour de la liberté mais l’allégeance au monarque. Pour lui, la patrie ne correspond plus à la république, mais à la res patrum, c’est-à-dire la communauté politique fondée sur le pouvoirs des pères.

III – Le patriotisme et la politique des anciens

Le XVIIè siècle offre une renaissance du langage du patriotisme en Europe. On peut observer une confrontation entre la politique des modernes, c’est-à-dire la politique des États, des rois et des princes, et la politique des anciens, c’est-à-dire la politique de la république. Le terme patrie signifie de nouveau la république, ou la communauté des individus qui vivent ensemble gouvernés par la justice sous le règne de la loi. La renaissance du patriotisme républicain est reliée à la politique entendue comme l’art du bon gouvernement. Cette conception de la politique se trouve dans les œuvres d’auteurs importants tels Montesquieu et Rousseau, mais également dans l’œuvre de l’italien Paolo Doria Mattia intitulée La vita civile. Ce dernier soutient que l’amour de la patrie naît de l’amour de soi lorsque les citoyens sont bien gouvernés. En outre, l’amour de la patrie, selon Doria, est aussi un antidote contre l’amour des vices illustres.

Toutefois, la patriotisme républicain et la conception ancienne de la politique ne sont pas pas partagés par tous au XVIIè siècle. Giambattista Vico, dans sa Science nouvelle, critique la vision des modernes du patriotisme ancien. Pour lui, il s’agit d’une vision fausse car le bien commun dont les auteurs romains parlent n’est pas véritablement le bien commun mais l’intérêt des maîtres. Pour Montesquieu, l’amour de la patrie correspond à l’amour de l’égalité civile, selon laquelle les citoyens ont des droits égaux sous le gouvernement de la loi. L’amour de l’égalité civile s’entend au sens de l’amour de la frugalité car la limitation des désirs propres est nécessaire pour se dévouer à la poursuite du bien commun. Ainsi, Montesquieu introduit une distinction voire une opposition entre les intérêts individuels et la vertu politique qu’il définit, pour sa part, comme un sacrifice. Mais ce patriotisme ancien comprenant le sacrifice de l’individu pour la patrie est un idéal trop élevé pour les modernes. Néanmoins il y a encore un patriotisme, moins élevé, qui reste possible pour les modernes.

Rousseau, quant à lui, fait l’éloge de la vertu des anciens et la critique de la corruption des modernes. Contrairement à Montesquieu, Rousseau pense la vertu civile comme l’unité de la volonté particulière avec la volonté générale. Comme les anciens, l’amour de la patrie n’est pas un amour purement politique des lois et de la constitutions mais est aussi un amour d’une manière de vivre. L’amour de la patrie naît d’une part d’un bon gouvernement et d’autre part d’une certaine unité culturelle et sociale.

IV – La naissance du langage du nationalisme

Dans le quatrième chapitre, Viroli veut mettre en lumière la naissance du langage du nationalisme. Un livre important qui entame la critique du langage du patriotisme républicain est celui de Vincenzo Cuoco intitulé Histoire de la révolution de Naples. Dans ce livre, il soutient que les patriotes sont éloignés du peuple car parler de l’amour de la liberté est quelque chose de trop abstrait. Selon lui, le patriotisme, pour être efficace, nécessite de faire appel à la nation, à la culture nationale. Il pense qu’avoir de l’orgueil pour sa nation est une condition nécessaire au véritable amour de la patrie.

En Allemagne, à la même époque, on trouve des critiques encore plus fortes contre le patriotisme républicain. Par exemple, pour le philosophe romantique Johann Herder, le patriotisme n’est pas une vertu politique mais s’inscrit contre la politique. Il transforme le patriotisme en un sentiment d’unité spirituelle et culturelle. La patrie n’est plus assimilée à une forme particulière de régime politique telle que la république. À partir du moment où la patrie est comprise comme  comme unité spirituelle et culturelle, la patrie se confond avec la nation et les deux paroles deviennent synonymes. Herder construit le terme nationalisme pour désigner la défense et la protection de sa culture nationale contre le cosmopolitisme et l’assimilation culturelle. Une différence entre la patrie pour les républicains et la nation pour Herder est que la première est une institution politique alors que la seconde est une création naturelle. Le problème, si je puis m’exprimer ainsi, c’est que la défense de sa propre culture est moins partageable que la défense de la liberté politique. L’allégeance à la nation, au contraire de l’amour de la patrie, n’est pas un attachement rationnel, c’est un attachement sentimental.

V – La nationalisation du patriotisme

Dans le cinquième chapitre, Viroli s’intéresse à la nationalisation du patriotisme. Giuseppe Mazzini essaie de concilier la tradition républicain aux leçons des nationalistes allemands. Les éléments culturels peuvent être utiles pour faire naître l’amour de la patrie mais ne peuvent pas être la finalité de la patrie. C’est l’idéal du vivere libero, proprement républicain, qui permet de traverser les frontières et faire de l’amour de la patrie un idéal universaliste. Mazzini, dans son livre intitulé Dell’amore patrio di Dante, soutient que l’étude de Dante ne sert pas à souligner la grandeur de sa culture italienne mais sert à trouver des raisons pour lutter contre la corruption et la servitude. En outre, contrairement à la nation de Herder, la patrie de Mazzini n’est pas organisée hiérarchiquement mais est pleinement démocratique. Aussi, la lutte pour sa patrie et la lutte pour la cause de l’humanité ne sont pas antagonistes mais au contraire intimement liées. Mazzini écrit ceci : «J’adore ma patrie, parce que j’adore la Patrie ; notre liberté, parce que je crois dans la Liberté ; nos droits, parce que je crois dans le Droit».

Épilogue – Patriotisme sans nationalisme

Au terme de ce parcours, Viroli veut défendre un patriotisme sans nationalisme. Il fait référence à la pensée de l’antifasciste Carlo Rosselli, qui pense que l’internationalisme abstrait n’est pas efficace pour combattre le nationalisme. Le patriotisme ne se confond pas avec le nationalisme. Rosselli écrit que la patrie «ne se mesure pas aux frontières et aux canons, mais coïncide avec notre monde moral et avec la patrie de tous les hommes libres». Ensuite, Viroli fait référence à l’essai L’enracinement écrit par Simone Weil qui opère la même distinction entre le nationalisme qui consiste à «aimer la France pour la gloire qui semble lui assurer une existence étendue au loin dans le temps et l’espace» et le patriotisme qui consiste à «aimer comme une chose qui, étant terrestre, peut-être détruite, et dont le prix est d’autant plus sensible».

Enfin, Viroli achève son livre sur une discussion contemporaine entre le philosophe allemand Jürgen Habermas et le politologue italien Gian Enrico Rusconi à propos du concept habermassien de «patriotisme constitutionnel». Le patriotisme constitutionnel est un patriotisme différent du patriotisme traditionnel en ce sens qu’il est fondé uniquement sur l’allégeance aux principes universalistes de la liberté et de la démocratie qui se trouvent dans la Constitution. En somme, ce patriotisme disjoint la citoyenneté de son inscription dans un contexte national particulier. Rusconi s’oppose à cette disjonction car il pense que l’engagement civil a besoin d’être relié aux valeurs d’une communauté ethno-culturelle, c’est-à-dire d’une nation. Que pense Viroli de ce débat ? Il pense que le patriotisme constitutionnel de Habermas est trop abstrait et que la culture nationale à laquelle fait appel Rusconi n’est pas suffisante pour faire renaître la vertu civile. Viroli cherche donc une troisième voie entre ces deux pensées. D’une part, il est nécessaire de remettre les valeurs politiques dans leur contexte particulier et en ce sens, le patriotisme républicain est un patriotisme de la vertu civile. Mais d’autre part, il ne croit plus au monisme culturel, il a pris acte du pluralisme culturel des sociétés contemporaines et connaît le risque de se rapprocher du nationalisme. Il y a une hiérarchie à respecter : si le patriotisme républicain peut faire appel à la culture commune, cet appel doit toujours être au nom de la liberté commune.

Advertisements

3 réflexions sur “Le patriotisme républicain, un antidote au nationalisme ? (version française)

  1. […] Le patriotisme républicain, un antidote au … – Regards philosophiques Cependant, la patriotisme républicain reprend les termes du patriotisme religieux comme la pietas et la caritas mais dans un usage différent : ces deux termes expriment l'idée d'un devoir généreux du bon citoyen au service … Source: ameliepinset.wordpress.com […]

  2. Je retiens en particulier ceci : « Le patriotisme constitutionnel est un patriotisme différent du patriotisme traditionnel en ce sens qu’il est fondé uniquement sur l’allégeance aux principes universalistes de la liberté et de la démocratie qui se trouvent dans la Constitution. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s